Blog > Apprendre à apprendre

Apprendre à apprendre

 

"Dans un monde qui change constamment, l’habileté la plus importante à acquérir est d’apprendre à apprendre

-John Naisbitt

 

AdobeStock_137914760-1

 

Pauline Kiejman était notre invitée le 29 mars 2019. Elle est coach en développement personnel accréditée au CIFOP de l’université Panthéon-Assas et également praticienne PNL. Elle a effectué sa carrière dans le domaine des Ressources Humaines, en tant que formatrice et coach interne chez Eurostar, puis responsable de la formation et de l'accompagnement des dirigeants du groupe LVMH.

En sa compagnie nous nous sommes demandé comment apprendre à apprendre, une thématique qui paraît triviale mais qui devient indispensable dans un environnement moderne qui va vite et qui est en constante évolution.


Pourquoi apprendre ?

L’apprentissage a toujours été vital, pour citer notre invitée “l’apprentissage est un vecteur de survie”. Depuis des temps immémoriaux beaucoup de comportements et de sciences se sont transmises comme un héritage et nous ont aidés à avancer en tant que civilisation au lieu d'être condamné à redécouvrir à chaque génération les mêmes choses. 

C'est aujourd'hui encore plus important car notre environnement évolue toujours plus rapidement, si bien qu'il est décrit par l'acronyme VUCA. Tiré de l’anglais et inventé par l’armée américaine, VUCA signifie Volatile, Incertain, Complexe et Ambigu. Ces nouvelles caractéristiques de la société font qu’il est indispensable de s’adapter plus vite, et donc d'apprendre.

Les différentes phases de l'apprentissage

Apprendre, “C’est le fait de passer d’un état où l’on ne sait pas ce que l’on va devoir apprendre à un état où l’on n’a même plus besoin d’y penser”. Pour reprendre l’exemple de Pauline Kiejman : lorsque nous sommes enfants nous voyons des voitures rouler mais nous ne savons pas grâce à quel moyen, puis après 20 années de conduite la pratique devient si naturelle que l’on n’y pense même plus. En décortiquant le processus d'apprentissage de l’apprentissage nous pouvons distinguer 4 étapes essentielles : 

  1. L’inconscience de l’incompétence : Nous ne savons pas quel mécanisme activer pour faire rouler la voiture.
  2. La conscience de l’incompétence : Nous savons qu’il faut activer telle pédale mais nous ne savons pas le faire correctement.
  3. La compétence consciente : Nous nous rendons compte que l’on arrive à faire rouler la voiture 
  4. La compétence inconsciente : Conduire devient comme une seconde nature, nous n’y pensons même plus.
  5. Etape bonus : Le faire apprendre aux autres ; c’est à partir de là que l’on se rend compte qu’on a maîtrisé un sujet.

Paradoxalement à ce que l’on pourrait penser, notre cerveau n’est pas notre meilleur allié quant à l’apprentissage. En effet,  il privilégiera souvent le fait de sauvegarder notre énergie en restant dans le connu. Il faut donner à notre cerveau les encouragements nécessaires pour aller embrasser l’inconnu ou simplement découvrir les zones dans lesquelles nous sommes moins à l’aise.

Qu'est-ce que je choisis d'apprendre ? 

Pour apprendre il faut sortir de sa zone de confort. L’apprentissage peut être perçu schématiquement grâce à 3 cercles concentriques :

- Au milieu nous trouvons la zone de confort, elle représente les choses que l’on sait déjà faire avec aise ainsi que la routine, elle peut devenir une zone d’ennui. 

- Le deuxième cercle est la zone de performance, on y fait des choses inhabituelles grâce à des rencontres avec des nouvelles personnes, c’est là qu’on entre dans l’apprentissage.

- La zone excentrée est la zone de danger. Elle est perçue comme un ravin infranchissable et serait l’équivalent d’un problème mathématique à deux inconnues pour un enfant qui commence à apprendre les additions.

Pour faire simple, la zone jaune représente une zone où l’on s'épanouit grâce à un apprentissage progressif, où l’on privilégiera des efforts plutôt modérés et réguliers afin de ne pas sortir trop loin de sa zone de confort, au contraire cela permettra in fine de l’étendre. Parallèlement un effort trop grand mettra l’individu en échec et aura des chances de l’écœurer.

Il faut donc bien viser et discerner la zone dans laquelle se situe la nouvelle compétence ou le nouveau thème à acquérir.

Pour aider à faire ce choix, deux autres facteurs sont à considérer :

- Le plaisir : c’est pour cette raison-là que l’on conseille de travailler les domaines se rapprochant de ses forces, ainsi la marge de progression pour un même effort sera plus grande que pour un activité pour laquelle on n'a pas d’intérêt. 

- Un objectif clair : cela permettra de justifier tous les efforts mis en oeuvre et de surmonter les moments les plus difficiles de l'apprentissage.

Grâce à Simundia, transformez votre entreprise en rendant le coaching accessible facilement.

En savoir plus
Écrit par Simon Mawas
Marketing & Opérations
Le 11 septembre 2019