AccueilRessourcesJournal RH
Soft skills

La liste des soft skills incontournables en entreprise en 2022

3 min
de lecture

Les soft skills agitent les entreprises et les RH tant par leur importance que par leur manque de clarté. Traits de personnalité ? Comportements ? Talents innés ? En faisant des recherches sur leur définition, vous avez sans doute remarqué que la littérature manque de précision et d’harmonisation.

Sans compter que d’une année sur l’autre, les soft skills les plus recherchées pour faire face aux défis des entreprises changent. De quoi amplifier votre confusion ! Il est donc temps de mettre de l’ordre dans tout ça.

Concrètement, que faut-il entendre par « soft skills » ? Quelle est leur place dans les organisations ? Et quelles sont les 10 soft skills incontournables à avoir en 2022 ?

 

 

 

Les soft skills, des compétences humaines indispensables en entreprise

De quoi parle-t-on ?

Dans le travail, les soft skills appelées aussi « savoir-être » ou « compétences douces » sont des compétences comportementales. Concrètement, on parle de compétence comportementale lorsque l’on sait mobiliser un savoir-être pour atteindre un objectif et résoudre un problème dans un contexte donné. Dès lors, une soft skill doit pouvoir s’acquérir, se développer et surtout se mesurer à l’aune d’un contexte.

Partant de là, ces compétences ne doivent pas être confondues avec les traits de caractère comme la curiosité, la loyauté ou l’empathie, car ils ne dépendent pas d’une situation donnée. Ils sont des éléments de la personnalité plus ou moins stables, quel que soit le contexte.

Ainsi, pour transformer par exemple la curiosité en soft skill, il faut la contextualiser. Concrètement, en entreprise on mesurera et on évaluera la curiosité à partir de soft skills tels que la pensée critique, la capacité d’apprendre à apprendre ou l’aptitude à savoir chercher des informations.

 

Soft skills et hard skills : quelles
différences ?

Les hard skills sont des compétences techniques et spécifiques que l’on appelle aussi « savoir-faire ». C’est le cas du codage informatique, du droit ou de la mécanique automobile. Les hard skills ont un niveau de transférabilité limité puisqu’au mieux, elles peuvent être transférables dans un autre secteur d’activité (ex : je passe de comptable dans le transport à comptable dans l’industrie pharmaceutique)

A contrario, le niveau de transférabilité des soft skills n’a aucune limite ! De par leur caractère « humain », les soft skills sont des compétences transversales. Quel que soit le secteur d’activité, le métier ou l’entreprise, elles seront toujours utiles.

Les soft-skills prennent aujourd’hui le pas sur les hard-skills et deviennent de plus en plus indispensables. Selon les statistiques de Skill Survey, 77% des employeurs pensent que les soft-skills sont plus importantes que leurs homologues "hard". De plus, 67% des RH préféreraient embaucher un collaborateur avec des fortes soft-skills malgré des compétences dures plus faibles par rapport à la situation inverse.

 

Pourquoi les entreprises s’intéressent-elles aux soft skills ?

Les collaborateurs ne sont-ils pas avant tout des êtres sociaux et émotionnels ? De ce fait, la performance ne dépend pas que du savoir-faire. Pour être des collaborateurs performants, nous avons besoin de savoir-faire ET de savoir-être.

Ce que confirme une étude menée par des chercheurs de l’université de Harvard, de Boston et de Michigan’s Ross School of Business et qui révèle que les collaborateurs choisis pour un programme d’accompagnement des soft skills sont en général 12% plus productifs que leurs pairs n’ayant pas été entraînés. La statistique peut paraître basse mais elle représente un retour sur investissement de 256%.

Cette vérité est d’autant plus forte dans un monde du travail qui change au rythme des nouvelles attentes des salariés (sens au travail, développement de carrière, équilibre de vies, management-coach…) et de l’obsolescence des compétences techniques accélérée par l’automatisation, la digitalisation, la robotisation et plus récemment l’IA.

Par conséquent, les soft skills sont recherchées par les entreprises
pour plusieurs raisons :

  • Développer les compétences :
    Un enjeu indispensable pour rester performant, croître et faire face à la concurrence. Par exemple, en développant l’esprit critique des collaborateurs, ils sauront analyser une situation étape par étape dans une logique avantage/inconvénient.

  • Se rendre attractif auprès des jeunes talents :
    Les talents savent qu’ils seront amenés à changer plusieurs fois de jobs et de métiers au cours de leur carrière. Pour rester employables ils doivent développer leurs soft skills.

  • Retenir les talents :
    Selon une étude LinkedIn de 2019, 94% des collaborateurs resteraient plus longtemps dans leur entreprise si celle-ci prenait davantage en compte le développement de leurs compétences. Et selon UDEMY, presque un sondé sur deux affirme avoir démissionné à cause d’un mauvais management.

 

Par ailleurs, selon un sondage réalisé par Adecco Staffing USA, 44% des cadres dirigeants pensent que le manque de soft-skills constituait le plus grand déficit de compétences de la masse salariale États-Unienne. Cette réflexion qui fait presque l’unanimité s’explique par le fait que les efforts de productivité des entreprises ont déjà beaucoup été mis en oeuvre, là ou les axes de développement comme l'innovation (boostée par les soft-skills) sont encore loin d'être exploités à leur maximum.

La présence des soft-skill en tant que "compétences douces", "compétences comportementales et managériales" est donc une tendance très forte mais concrètement comment les catégoriser ? En effet, elles recouvrent un éventail très large et diversifié tout en étant complémentaires.

 

Quelles sont les 6 principales catégories de soft skills ?

Dans un contexte volatile, 6 grandes catégories de soft skills sont centrales pour l'ensemble des entreprises (basé sur des éléments de recherche de The Balance Careers) :

  • La communication :
  • savoir écouter
  • se faire comprendre aussi bien à l’oral qu’à l’écrit
  • être capable de négocier
  • savoir prendre la parole en public
  • faire preuve d'assertivité

  • L’esprit critique :
  • savoir remettre en question
  • être créatif
  • être innovant
  • savoir s'adapter
  • savoir résoudre des problèmes complexes
  • savoir mener une réflexion logique

  • L’attitude constructive :
  • savoir coopérer
  • adopter une attitude optimiste
  • faire preuve de confiance en soi
  • rester courtois
  • être patient

  • Le leadership :
  • savoir résoudre des conflits
  • prendre des décisions
  • être capable d’inspirer, de définir une vision commune
  • savoir motiver les autres
  • embarquer les collaborateurs avec soi (devenir manager-coach)

  • L’éthique professionnelle :
  • être organisé
  • être orienté résultat
  • faire preuve de ponctualité
  • avoir le sens du devoir
  • savoir définir les limites de confidentialité des informations

  • Le travail d’équipe :
  • développer son intelligence émotionnelle
  • savoir donner du feedback constructif
  • savoir collaborer
  • faire preuve d'empathie

 

6 grandes catégories de soft skills

 

 

Quelles sont les 10 soft skills incontournables en 2022 ?

L’année 2022 connaît plusieurs faits marquants :

  • la démocratisation du travail hybride
  • l’instabilité du contexte économique, politique et social
  • la concurrence accrue
  • l’envie affirmée des talents et des entreprises de mettre le bien-être au travail au centre de leurs préoccupations.

S’il est évident que selon l’industrie, les enjeux business et la culture d’entreprise, des soft skills seront plus recherchées que d’autres, nous avons dressé une liste de 10 soft skills indispensables, quel que soit votre secteur d’activité.

 

  1. L’intelligence émotionnelle
  2. Suis-je inquiet ? En colère ? Exalté ? 20 ans en arrière les émotions n’avaient pas leur place au travail. Une aberration quand on sait que les salariés sont des êtres d’émotions ! Fort heureusement, tout cela a bien changé. Aujourd’hui, les organisations attendent de leurs collaborateurs et en particulier de leurs managers qu’ils soient capables d’identifier et d’être conscients de leurs émotions et de celles des autres car l’intelligence émotionnelle est une compétence clé de la performance.

  3. L’attitude positive
  4. Avoir une attitude positive va de pair avec la confiance en soi. Autrement dit, si les salariés ont confiance en leurs capacités, en leur manager, en leur entreprise, ils seront plus optimistes quant à l’avenir et leur performance. Le docteur en psychologie Albert Bandura appelle cela le sentiment d’auto-efficacité. Et avec le contexte de crise que nous connaissons, avoir confiance en l’avenir et en ses capacités est vital.

  5. L’adaptabilité
  6. 72 % des cadres identifient la capacité d’adaptation comme la compétence n°1 pour faire face aux futures disruptions. Un chiffre qui est loin d’être surprenant tant la capacité à s’adapter est omniprésente dans les entreprises. Point de précision important : l’adaptabilité ne se réduit pas aux compétences. Dès lors, les collaborateurs doivent être en mesure de s’adapter à une nouvelle organisation, un nouveau management, une nouvelle équipe, à de nouveaux process et outils.
  7. La gestion du stress
  8. Surcharge de travail, pression, objectifs ambitieux, peur de l’avenir, mauvaise organisation… Le stress est l’un des plus grands fléaux de notre époque et qui impacte la santé mentale et physique des salariés. Qu’il s’agisse d’apprendre à dire non ou de reconnaître les signes avant-coureurs pour éviter un burn-out, les managers et collaborateurs ont tout intérêt à savoir gérer leur niveau de stress, et encore plus dans un monde en perpétuel changement.
  9. L’esprit d’équipe
  10. Développer le sentiment d’appartenance est un défi clé pour fidéliser les talents. Avoir l’esprit d’équipe c’est penser collectif. Comment créer un climat propice au bien-être et à la performance collective ? Comment mettre les compétences en synergie pour atteindre les objectifs du service ? Autant de challenges qui reposent sur les managers !

  11. Savoir donner du feedback
  12. Pour faire avancer un collaborateur et une équipe, le feedback entre manager/managé est indispensable. Mais encore faut-il savoir faire des retours constructifs qui aident les collaborateurs à progresser. Savoir donner du feedback demande de mobiliser d’autres soft skills manager comme l’intelligence émotionnelle, la bienveillance et le sens de la communication.

  13. Être authentique
  14. Les super-héros ne sont-ils pas surfaits ? À en croire les talents, on dirait que oui ! Ils ne veulent plus d’artifices. Au contraire, ils cherchent à rejoindre une entreprise sincère, du sens et à nouer des relations de travail profondes avec leurs collègues et managers. Cela suppose de se montrer sous son vrai jour et d’être capable de partager ses atouts comme ses faiblesses.

  15. Apprendre à apprendre
  16. 20 % des salariés qui envisagent de quitter leur emploi au cours de l’année prochaine déclarent le faire pour rechercher des possibilités d’évolution (étude Qualtrics), et selon le rapport « Futur of Jobs » Word Economic Forum, la capacité d’apprendre à apprendre est la 2e compétence la plus recherchée. Pour développer cette compétence, il est nécessaire que les salariés soient régulièrement mis en situation d’apprentissage (formation, atelier de co-développement, coaching).

  17. La créativité/l’innovation
  18. Les enjeux environnementaux, sociaux et économiques auxquels la Société et les entreprises font face imposent de sortir des sentiers battus et de créer de nouveaux concepts, de nouvelles organisations, de nouvelles procédures et de nouveaux produits/services. Pour générer des idées innovantes, il est possible de stimuler sa créativité en développant notamment sa curiosité, en levant quelques barrières psychologiques et en adoptant la pratique « test & learn ».
  19. L’autonomie
  20. Avec l’essor du télétravail, collaborateurs et managers ne sont plus physiquement réunis. Les salariés doivent alors être capables de trouver les réponses à leurs questions et de gérer un problème en toute autonomie.

 

À la lecture de ces 10 soft skills les plus recherchées, vous remarquerez sans doute que ces compétences sont bien souvent interconnectées. Ainsi, en développant par exemple sa gestion du stress, on développe son intelligence émotionnelle. Cependant, développer ses soft skills est un travail précis qui requiert plus qu’une formation : un vrai accompagnement individualisé tel que le coaching.

 

 

 

Comment développer les soft-skills en entreprise ?

Contrairement aux hard-skills, déjà très présentes en entreprise et dont la connaissance est accessible en ligne, le développement des soft-skills a encore une grande marge de progression et nécessite un accompagnement humain. Les fonctions RH ont ainsi plusieurs cartes à jouer pour dynamiser le développement de ces compétences, en qualité de responsables de la rétention des talents, de la formation des managers, et de l’épanouissement des collaborateurs. Cependant la mise en place d’un programme de formation complet pour les soft-skills représente un réel challenge logistique et un coût important pour de nombreuses structures.

Chez Simundia nous avons la conviction que le coaching est l’outil le plus puissant pour le développement des soft-skills. Pour permettre de le rendre accessible à grande échelle dans l'entreprise, nous avons développé une plateforme de coaching pour un format court (3 séances d'une heure), flexible (visio), et impactant. Elle permet de mettre en relation les collaborateurs avec notre réseau de top coachs.

Si vous souhaitez en savoir plus, découvrez le coaching situationnel® Simundia !

Découvrez nos livres blancs Simundia
En savoir +

Inscrivez-vous à la newsletter

Simundia la solution de coaching digital flexible
et personnalisée

Merci vous êtes désormais abonné à la newsletter Simundia
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Soft skills
Par
Sonia Valente
Le
12 août 2022

Ces articles pourraient vous intéresser

Demandez
votre démo

Coachez vos talents, transformez votre entreprise

Simundia, la solution de coaching digital pour passer de l'ambition à l'action.

Merci ! Vous allez être redirigé vers la démo
Oops! Something went wrong while submitting the form.