<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=709369395893864&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">
Enjeux RH - Coaching et formation - Soft skills

Le pouvoir mystérieux de la mixité

Le pouvoir de la mixité en entreprise
Blog > Enjeux RH, Coaching et formation, Soft skills > Le pouvoir mystérieux de la mixité

« La femme est l’avenir de l’homme » chantait Jean Ferrat en 1975 en référence à un poème d’Aragon. Les entreprises devraient méditer cette célèbre maxime, elles qui rechignent encore trop à placer des femmes aux postes à responsabilité.

Expression apparue aux États-Unis dans les années 1970, le plafond de verre désigne les freins invisibles à la promotion des femmes dans les structures hiérarchiques. Plus de quarante ans après l’apparition de ce concept, ce fameux plafond de verre s’est largement fissuré. En France, le nombre de cadres femmes a été multiplié par six ces 40 dernières années (par deux pour les hommes). Mais tout en haut de ce plafond de verre, quelques carreaux restent encore bien accrochés. Ainsi, en 2021, Catherine MacGregor est la seule femme à diriger une entreprise du CAC 40, Engie en l’occurrence. 1/40, ce chiffre édifiant illustre bien les inégalités de genre dans l’accès aux postes à haute responsabilité. Dans le domaine de l’entreprenariat, le constat n’est pas glorieux non plus. D’après une étude du cabinet BCG parue en 2019, les start-up montées par des femmes ont en moyenne 30 % de chance de moins d’être soutenues par les investisseurs.

 

Discriminations et autocensure

Plusieurs lois ont pourtant été créées pour faire de la place aux femmes au plus haut niveau. Par exemple, la loi Copé-Zimmermann (2011) a instauré des quotas de femmes parmi les administrateurs du CAC 40. Depuis 2020, toutes les entreprises d’au moins 50 salariés doivent calculer et publier un index de l’égalité professionnelle, sous peine de sanction. 

Pourquoi ces postes haut placés sont-ils toujours la chasse gardée des hommes, alors que les femmes sont en moyenne plus diplômées ? D’abord, les discriminations de genre restent bien présentes. En 2019, le salaire d’une femme était en moyenne inférieur de 9 % à celui d’un homme à poste équivalent. 

Autre raison souvent évoquée, l’autocensure des femmes est un processus complexe lié à l’éducation et à l’intériorisation des normes de genres, qui conduit les femmes à ne pas se sentir assez légitime pour les postes les plus élevés. Enfin, qui se ressemble s’assemble, les dirigeants ont tendance à recruter leurs semblables, alimentant ainsi un entre-soi masculin d’un autre temps.

 

Les soft skills, ces compétences invisibles au pouvoir infini

Pourquoi faut-il améliorer l’accès des femmes aux postes à responsabilité ? D’abord et avant tout parce que l’égalité entre les hommes et les femmes est une valeur fondamentale inscrite dans la constitution. Ensuite, et de façon plus pragmatique, parce que plusieurs études semblent montrer que la féminisation du management a un impact positif sur le résultat des entreprises. Menée depuis 2007, la série d’études « Women matter » du cabinet McKinsey établit une corrélation positive entre la mixité au sein des instances dirigeantes et la performance financière et organisationnelle des entreprises. Les conclusions de cette étude révèlent « une corrélation frappante » entre « excellence organisationnelle » et la présence de femmes dans les organes de direction. Pour des raisons mystérieuses, la mixité semble agir comme une force invisible qui met de l’huile dans tous les rouages de l’entreprise. C’est la magie des soft skills, ces compétences invisibles, mais au pouvoir infini.

 

Qui dit diversité dit performance !

Dans un contexte de transformation profonde des modes de management, les notions d’autorité ou de compétition ont tendance à s’effacer au profit de compétences plus subtiles comme l’empathie, la compassion ou la créativité. Le manager autoritaire version mâle dominant a du plomb dans l’aile et les manageuses ont un rôle majeur à jouer dans cette période de mutation vers un management plus horizontal. Au-delà de la question du genre, la mixité offre une diversité de points de vue, de parcours et de compétences. Ce melting-pot permet une confrontation de sensibilités différentes et améliore la prise de décisions. 

 

Les hommes en première ligne 

La féminisation du management est donc un enjeu majeur pour les entreprises en 2021. Ce changement ne pourra avoir lieu sans une action volontariste, forte et visible. Les dirigeants, donc des hommes pour la plupart, ont le pouvoir de prendre les devants et d’assumer la responsabilité de conduire ce changement. « Seul un discours fort plaçant l’enjeu de la mixité à un niveau stratégique permet de le crédibiliser. Ce discours ne peut se limiter à une impulsion initiale et doit se traduire par un suivi visible dans la durée » préconise l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (ANACT). L’Observatoire de la mixité a quant à lui établi six mesures concrètes pour améliorer la mixité hommes-femmes dans les entreprises :

- présenter un engagement fort de la dirigeante ou du dirigeant

- opérer un changement durable de culture, vers une culture de l’inclusion

- prendre en compte les différences de gestion de carrière entre les femmes et les hommes.

- fixer des objectifs individuels de mixité précis et ambitieux aux managers

- partager en interne et en externe les indicateurs de parité 

- généraliser l’usage d’un langage inclusif

 

Le coaching, un outil concret du changement

Mettre en place ces mesures n’a rien d’évident. La mixité oblige les organisations à affronter des problématiques de fond, qui touchent à l’évolution de la culture managériale. Certaines d’entre elles comme l’articulation entre la vie professionnelle et la vie privée ont été mises en lumière par la crise du Coronavirus. C’est parfois toute une partie de la culture de l’entreprise qu’il faut redéfinir. Pour entamer ce chantier, les entreprises doivent mettre en place des outils RH adaptés et mesurables. Le coaching professionnel en est un. 

Avec ses solutions de coaching digitaux, Simundia accompagne les entreprises dans leurs démarches vers plus de mixité, grâce à des parcours spécifiques autour du leadership au féminin ou de la diversité et inclusion. En aidant les femmes à surmonter les obstacles et les managers à favoriser la mixité, nos coaches donnent aux entreprises les moyens d’être les acteurs de ce changement nécessaire. 

Donc isolez-vous, déconnectez-vous régulièrement de toutes les notifications mail, SMS et autres tchats qui vous interrompent sans cesse et profitez de ces moments pour réfléchir et gagner en efficacité.

Écrit par Christophe Perron
Le 5 mars 2021