<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=709369395893864&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">
Soft skills

5, 4, 3, 2, 1 ... Lift-off ! Les 5 soft skills de Thomas Pesquet pour faire décoller votre carrière

thomas-pesquet-soft-skills
Blog > Soft skills > 5, 4, 3, 2, 1 ... Lift-off ! Les 5 soft skills de Thomas Pesquet pour faire décoller votre carrière
Le 23 avril dernier, Thomas Pesquet s’envolait pour la Station Spatiale Internationale. Véritable modèle de réussite pour nombre d’entre nous, la question de la recette de son succès s’est vite posée chez Simundia. Il est en effet ingénieur, pilote de ligne, astronaute, polyglotte, influenceur, sportif, musicien... La liste de hard skills pour le qualifier est bien longue. Ce qui nous intéresse cependant c’est qu’il affirme que ce ne sont pas ces compétences-là qui sont à l’origine de ses accomplissements. Pour lui, tout s’est joué sur son savoir-être, ses soft skills tant appréciées de son entourage professionnel.

 

En analysant ses interviews dans la presse et ses interventions sur les réseaux sociaux, nous avons ainsi pu identifier 5 soft skills qu’il considère clés pour être au maximum de son potentiel.

 

 1. Travailler en équipe

« On n’a pas besoin de cow-boy ou de héros pour la conquête spatiale, mais de gens qui savent travailler en équipe. »

Il en parle souvent. Cela passe par l’écoute, la communication, l’entente avec les autres, le respect des règles, la capacité à faire preuve de leadership dans certaines situations et à suivre des instructions dans d’autres cas. « Inutile d’essayer de trop briller si vous souhaitez faire partie de quelque chose de plus grand. »

Cette capacité à travailler en équipe ne s’invente pas. Comme tout, il faut l'entraîner : pratiquer un sport collectif, demander des feedbacks à son entourage, exercer son sens du collectif dans les petites actions du quotidien…

2. Être curieux

« Sûr et certain, c’est le « bas du CV » qui m’a permis de devenir astronaute. »

Thomas Pesquet en est certain, son parcours académique a été essentiel, mais ce sont ses activités « extra-scolaires » qui lui ont permis de rencontrer le succès. Il a pratiqué le judo, le basket, le saxophone, la plongée, le parachutisme, l’alpinisme... Peu importe ce qui nous attire, il faut l'explorer. C’est ce qui nous permet de nous nourrir au quotidien, mais aussi de découvrir ce qui nous fait vraiment vibrer et nous donne envie de nous engager dans des projets avec un niveau maximal d'énergie.

3. Faire preuve d'audace

« Il faut tout tenter et, surtout, oser. Le plus grand mécanisme d’obstacle à la réussite est l’autocensure. »

Thomas Pesquet a passé de nombreux processus de sélection au cours de sa carrière, dont celui des concours Air France pour devenir pilote de ligne. Comme cette formation est gratuite, il pensait qu’il y aurait 50 000 candidats. Après tout, pilote c’est le métier de rêve pour beaucoup d’entre nous. Mais le jour des épreuves, il a été surpris de constater qu’il y avait à peine 1000 candidats. Pour lui, le problème vient de l’autocensure. Il y a effectivement fort à parier qu’il y a plus de 1000 personnes en France qui rêveraient de devenir pilote. Malheureusement, nous sommes nombreux à nous imposer des limites, nous dire que ce n’est pas pour nous, que c’est trop difficile. Il faut tenter, si nous ne réussissons pas, ce n’est pas grave, c’est un apprentissage et cela peut mener à autre chose.

4. Communiquer

« Ne soyez pas timide »

Nous le voyons partout, Thomas Pesquet communique avec générosité et partage volontiers son expérience. Il est parfois intimidant de s’exprimer devant les autres, d’aller vers eux pour leur parler. C’est cependant un exercice puissant pour provoquer des rencontres enrichissantes, s’ouvrir à de nouvelles opportunités, se désinhiber de la peur d’être jugé pour gagner en authenticité. L’important est de sauter le pas, et cela peut par exemple commencer par se faire accompagner par un expert en prise de  parole en public.

5. Rester patient

« Être aussi patient et calme »

Le premier vol de Thomas Pesquet dans l'espace a eu lieu après 7 ans d'entraînement. Dans notre monde obsédé par la vitesse, il n’est pas forcément facile de trouver son épanouissement dans des projets à long terme. C’est pourtant cette vision de notre idéal de vie dans 5 ans, dans 10 ans voire plus et notre capacité à apprécier chaque jour qui nous sépare de notre but ultime, qui maintient notre qualité de vie à des standards élevés.

 

En espérant que les conseils de Thomas vous auront inspirés, nous retournons développer notre solution de coaching à distance, pourquoi pas un jour disponible jusque dans l’espace !

 

Écrit par Olivier Wautier
Le 28 avril 2021