<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=709369395893864&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">
Enjeux RH - Coaching et formation - Soft skills

Vous avez tort sur les soft skills. Voici pourquoi.

Gary
Blog > Enjeux RH, Coaching et formation, Soft skills > Vous avez tort sur les soft skills. Voici pourquoi.

Soft skills par ci, soft skills par-là… On l’entend partout et à toutes les sauces.
Je m’appelle Gary et je passe la majeure partie de mon temps à promouvoir et véhiculer les soft skills dans les entreprises.
Non prioritaires, vision trop élitiste ou encore mauvais positionnement des soft skills… J’entends toutes les réactions possibles sur ce terme qu’on voit de plus en plus mais qui est finalement encore flou donc trop peu démocratisé dans les milieux professionnels.

Arrêtons de tourner autour du pot. Je vais vous retranscrire le top 5 des phrases que j’entends le plus chaque semaine et vous dire pourquoi ces personnes ont tort.
A la fin de cet article, vous aurez les clés pour :
- Améliorer la performance de votre entreprise.
- Développer l’engagement et le bien-être de vos d’équipes.
Si ce n’est pas le cas, contactez-moi sur LinkedIn ou sur gary@simundia.com, je serai ravi d’échanger avec vous.
Et si les soft skills vous sont encore inconnues, Olivier a déjà écrit un super article sur le sujet.

 

Verbatim n°1 : Soft skills vs hard skills.
“Nous préférons faire des formations techniques, les sujets soft skills ne sont pas du tout prioritaires”.

Vous avez sûrement cette situation en tête où au sein de votre bureau : d’un côté il y a Paul, le roi d’excel mais pas très sympa avec un savoir-être limité; de l’autre côté il y a Martin très avenant, volontaire mais pas encore très à l'aise avec ses tableaux croisés dynamiques. Soyons honnêtes : vous préférez travailler avec qui ?
Mon objectif n’est pas de vous inciter à tout transformer du jour au lendemain mais de changer votre regard sur ce terme encore trop méconnu mais qui se révèle pourtant de plus en plus indispensable au sein de toute entreprise.


“Pas prioritaires” vous dîtes ? Pourquoi mettre en opposition les hard skills et les soft skills ? Et si on y voyait une complémentarité ?
Soyons clairs, le savoir-faire est et sera toujours déterminant dans les entreprises. Cependant il y a aussi un réel besoin des actifs de se former sur les soft skills. Et ce besoin s’accroît de façon importante.
Une étude en 2019 du Baromètre de la formation et de l’emploi démontre qu’une fois les soft skills définies, 72% les estiment indispensables ou importantes pour évoluer professionnellement.
Et pourtant, il existe un clivage grandissant entre les entreprises qui misent sur les soft skills et celles qui les délaissent.
Miser sur ses talents est gage de compétitivité et d’entreprise saine. Les délaisser entraîne un risque d’un mauvais climat social et d’un faible engagement des collaborateurs.

 

Verbatim n°2 : un déploiement trop marginal.
“En termes de soft skills, on fait quelques coaching pour certains directeurs et managers mais nous n’avons pas vocation à le déployer plus largement”


La direction de votre entreprise est donnée par le top management mais l'image de votre entreprise, elle, est en revanche transmise par le middle management. Sa renommée et son service clients sont donnés par ceux qui sont sur le terrain alors autant qu'ils soient avenants, sympas et des leaders en devenir non ? Customer is KING !
Henry Ford disait « Ce n’est pas l’employeur qui paie les salaires, mais le client. »

Pourquoi réserver le coaching soft skills à une population marginale, souvent directeurs et quelques managers privilégiés ? Finissons-en avec cette vision élitiste du coaching qui en plus d’être à des prix dissuasifs peut mettre des jours voire des semaines à se mettre en place.

Les pratiques ont changé, de nouveaux outils existent à des prix raisonnables et tout le monde peut en bénéficier !
Oui oui, tout le monde.
Des sujets comme le management à distance, la gestion du stress et des émotions ou encore la communication peuvent être des thèmes sur lesquels tout le monde peut s’améliorer et être accompagné par un coach. Pour cela, il faut penser individuellement dans un esprit collectif.

Le but est que chacun puisse déployer sa singularité et son talent au service de ses objectifs professionnels et ceux de son entreprise.

 

Verbatim n°3 : Soft skills et digital sont incompatibles
“Nous faisons déjà quelques formations présentielles sur le management mais notre entreprise n’a pas vraiment une culture digitale”.


Vous connaissez cette personne qui vous dit être pas très à l'aise sur le digital, mais qui achète sur vente privée, envoie pleins de gif sur le whatsapp famille et fait des visios avec ses enfants sur "house party" en plein confinement.

Ce n’est une surprise pour personne : le digital prend de plus en plus de place dans nos vies. Et comme pour chaque phénomène important, chacun y va à son rythme et certains sont plus matures que d’autres.

Alors distanciel ou présentiel ? Il y a des avantages dans les 2.
Certains sujets ne sont pas transposables au distanciel mais d’autres nécessitent d’être repensés pour être effectués à distance.
En diversifiant vos formats, vous saurez répondre au mieux aux attentes de chacun et être plus souple quel que soit le contexte.
Outre cette année 2020 si particulière, le digital, quand il est mis au service de l’humain, s’avère être une vraie valeur ajoutée en termes de flexibilité et de choix de son environnement. Il permet à chacun de se positionner dans celui qui lui est le plus agréable et confortable et qui le mettra dans les meilleures dispositions pour parler de lui, se livrer et avoir un échange constructif.

 

Verbatim n°4 : Pas le temps pour les soft skills
“Oui on fait un peu de formations soft skills mais nous n’avons pas vraiment le temps en ce moment”


Quand je n’ai pas le temps, je le trouve !
Le problème ce n’est pas le temps mais la motivation et l’intérêt porté à l’accompagnement de vos collaborateurs.
Vous ne donnerez jamais de temps et d’importance à un sujet auquel vous ne croyez pas.

Une entreprise doit pourtant croire en ses hommes et femmes qui la composent sous peine de nuire à sa pérennité.
Une étude réalisée au service d’épidémiologie du Collège Universitaire de Londres démontre que le développement personnel permet d’être heureux et en meilleure santé.

Miser sur le bonheur et le bien-être des personnes impacte leur engagement, leur performance et leur bien-être.
Essayez et vous verrez les résultats sont surprenants.
Conclusion ? Faîtes moins de réunions et plus de formations. Vous verrez ça change la vie !

 

Verbatim n°5 : Il n’y a pas de besoins exprimés sur les soft skills
“Cela reste ponctuel, on suggère des formats en fonction des demandes des collaborateurs exprimés en entretiens professionnels”

Henry Ford, toujours lui, disait aussi : “Si j'avais écouté mes clients, je leur aurais fabriqué un cheval qui court plus vite."
Faites de même avec vos équipes, surprenez-les ! Proposez-leurs des voitures là où vos concurrents leurs proposent des chevaux.
Ils vous diront merci et vos clients aussi.

Pour les entreprises qui ont su prendre le bon virage, proposer un accompagnement soft skills tout au long de l’année entraîne une vraie dynamique individuelle et collective où chacun travaille un ou plusieurs sujets spécifiques en profondeur et devient acteur de son développement.

Si les soft skills sont encore trop peu démocratisées, les formats permettant de les travailler sont logiquement peu connus.


Problème 1 : je ne vais pas avoir le réflexe de demander du coaching ou autre format à ma / mon RH si je n’en connais pas l’existence.


Problème 2 : je ne vais pas pouvoir proposer du coaching ou autre format soft skills à ma / mon collaborateur / collaboratrice si je ne suis pas au fait qu’ils existent.


L’initiative doit donc venir principalement des équipes de direction, RH et formation qui se doivent d’avoir une ouverture d’esprit, une curiosité et une capacité d’écoute pour mettre en place des solutions où l’humain est au cœur des préoccupations.

Alors on en parle ?

Chez Simundia, nous accompagnons plusieurs de nos clients sur ces thématiques en leur proposant notre solution de coaching individuelle et personnalisée.

Nous accompagnons des femmes et des hommes, nous les aidons à faire évoluer leurs comportements en allant chercher les réponses en eux … c’est l’art du coaching!

Écrit par Gary Vivier
Le 21 janvier 2021